Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LA P'TITE MAISON
N'A PAS LE BOURDON
APPEL A PARTICIPATION

 

 

 





C'est l'été, les oiseaux chantent, les insectes bourdonnent, la vie suit son cours, alors profitez de moments de farniente pour composer des stridulations, râclements d'élytres et autres phénomènes insecto-sonifères.



(english version below)
Appel à participation audio jusqu’au 30/10/08

Rampants ou volants, les insectes sont partout.

Leurs bruissements subtiles vous ennivrent ou vous terrifient peut-être.

La P'tite maison, encore exempte de cafards mais pas de mites, vous propose de participer à la compilation "Insectes" Tissez une pièce sur ce thème et envoyez-là nous par bourdon voyageur, nous selectionnerons les plus beaux cocons qui nous parviendront avant le 30 octobre 2008.

La compilation sera téléchargeable librement sur notre site sous la licence "Creative Commons".
Afin de respecter les lois en vigeurs, les artistes inscrits à la SACEM ne peuvent pas éditer leurs oeuvres sous cette licence libre de droit.
 * Voir article qui suit


Styles : Ambient, field recording, expérimental, chanson étrange, reportage, poésie ou collage sonore, électronique ou acoustique... vous avez les mains libres.

Envoyez vos propositions au format mp3 192 kbps à :
laptitemaison@yahoo.fr
ou sur support CD à l’adresse suivante :


La P’tite maison
15 rue des veaux
67000 Strasbourg

Et si vous voulez nous proposer une sortie pour notre label ou si vous avez des questions n’hésitez pas.

laptitemaison@yahoo.fr

insectes oui (JPG)



Insects audio compilation project - Call for entries - deadline 30/10/08

Insects are everywhere

La petite maison, a french netlabel proposes to participate the the "insects" audio compilation project.

Styles : Ambient, field recording, experimental,weird songs, documentary, poetry or audio collage (plundephonic) --- electronic or acoustic... do what you want.

Send your tracks in mp3 192 kbps to
laptitemaison@yahoo.fr
or on CD to :
La P’tite maison
15 rue des veaux
67000 Strasbourg
France


Sources La p'tite maison





* Problème juridique
Eclaircissement légal -

A l'occasion des débats sur le projet de loi DADVSI, la fondation Creative Commons France demande au Parlement d'adopter des amendements favorables à l'indépendance des artistes.

Le développement des licences libres pour la musique, et en particulier des Creative Commons, a mis en en évidence l'absence flagrante de liberté des artistes sociétaires de la Sacem. Actuellement les statuts de la société de gestion interdit à un auteur de mettre ses oeuvres sous licence libre ou de ne confier qu'une partie de son répertoire à la gestion collective. La Sacem s'est bâtie sur le mythe de la nécessité d'être sociétaire pour protéger ses droits, alors qu'une oeuvre est protégée dès sa création. Un nombre considérable d'auteurs s'est rué vers la Sacem pour "protéger leur oeuvre du plagiat" en pensant naïvement que c'était une étape nécessaire. Par cette adhésion, le sociétaire accorde à la Sacem le monopole de la gestion de ses droits sur l'ensemble de ses oeuvres, passées, présentes, et futures. Or la Sacem refuse aux auteurs la possibilité de diffuser leurs propres oeuvres sur Internet, ou d'autoriser les internautes à diffuser librement tel ou tel morceau. Sauf autorisation spéciale, les musiciens qui veulent diffuser leur propre musique sur leur propre site doivent même payer des droits à la Sacem.

Aujourd'hui que le droit d'auteur est mieux connu, nombre d'artistes prennent conscience de l'indepéndance qu'ils perdent en adhérant à la société de gestion collective. Beaucoup souhaiteraient à la fois pouvoir proposer leurs oeuvres sous licence libre pour les usages non commerciaux, et se garantir d'un paiement s'ils sont diffusés en radio ou en discothèque. Le mouvement des Creative Commons, qui prend une importance considérable dans le paysage culturel numérique, souffre de cette impossibilité. 500.000 oeuvres sont diffusées en France sous une licence Creative Commons.

Ainsi Creative Commons France, sans jamais citer nommément la Sacem, "ément la SACEM, demande l'ouverture des sociétés de perception et de répartition des droits à tous les auteurs et artistes, et la liberté de ne pas apporter tout ou partie de leurs œuvres et tout ou partie de leurs droits portant sur ces œoeuvres". Associé au CERSA CNRS-Université Paris II, ils soutiennent plusieurs amendements dont deux qui disposent que "l'auteur est libre de choisir le mode de rémunération et de diffusion de ses œuvres ou de les mettre gratuitement à la disposition du public". Les artistes qui diffusent leurs oeuvres sous licence Creative Commons souhaitent également pouvoir bénéficier de la part des 25% d'aide à la création contenue dans la rémunération pour copie privée. Alors que cette part (43,5 millions d'euros en 2005) est pour le moment réservée aux membres des sociétés de gestion collective, un amendement prévoit l'accès à cette aide à tous ceux qui en feront la demande.
Article diffusé sous licence Creative Common by-nc-nd 2.0,
écrit par Guillaume Champeau pour Numerama.com







Tag(s) : #APPEL A PARTICIPATION, A IDEES, A PROJETS, FORMATI