Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CHALON DANS LA RUE 2008
V
U ET ENTENDU DANS LA RUE


J'ai été, comme tous les ans depuis de nombreuses années, errer à Chalon sur Saône, lors de son festival des Arts de la rue.
Comme tous les ans, j'ai une tendance naturelle a diriger mes pas et mes oreilles vers des spectacles où le sonore tient un rôle important, s'il n'en est pas la vedette.
Outre les multiples fanfares de rue, je vous avait signalé quelques spectacles et installations qui me paraissaient intéressantes.
J'ai donc été juger sur pièce. C'est pourquoi je me permets de faire un petit retour et vous donner quelques unes des mes impressions.
J'ai rencontré cette édition :

La cymbalobylette de la
Compagnie Dynamogène, étrange engin bricophoné donnant lieu, en déambulation, à un jeux d'acteurs doublé d'un concert acoustique assez tonique. C'est drôle, léger, bien rôdé et ça ne se prend pas inutilement la tête.







L'égaré de
Christoffk.Roll, est une périgrination originale, imaginaire et parfois suréaliste, entre mini-disc et micro-capteurs, concert-théâtre d'objets, écoute acousmatique et performance d'acteur. Pour ces quelques trente minutes, un bon moment sonore malicieux, des mises en abymes et des mises en boucles, un espace de verdure douillettement niché dans la cour du musée Nicéphore Niépce et un accueil sympatique des artistes après le spectacle. Pour finir, une pause tranquille et poétique dans un univers des arts de la rue souvent oh combien tonitruant. Que demander de plus !


Vu aussi, le toujours bien décevant spectacle concert de sirènes de Mécanique Vivante (je l'ai déjà vu à Besançon l'an passé), où les lumières les fumées et les sons hullulants ont bien du mal à masquer la fadeur musicale et l'ennui progressif qui se dégage de cette grosse machinerie.


Le savant délire sonore de Al1 et Ant1, deux super bricoleurs du bending sonore et de la musique électronique pour rire et pour jouer, oeuvrant dans le collectif
Metallu à Chahuter.
Le Hurlo-Matic est une étrange machine qui conserve les cris des petits et des grands et donne des consignes parfois fort surprenantes. Mais tenter de décrire cette machine est un exercice périlleux, mieux vaut aller lui hurler dans les bronches pour apprécier les réactions capricieuses de cet amas de métal et de circuits électroniques.
Il faut vous dire que même les deux concepteurs de cette machine sonore foraine s'amusent comme des fous lorsqu'ils lui démontent les entrailles le soir,pour lui faire restituer sauvagement tous les noms des crieurs et leurs productions vocales sauvages, ingurgités durant la journée.
Eux-même ne semblent pas connaître toutes les possibilités ludiques du monstre sonore qu'il ont conçu, c'est vous dire à quel point le jeu, dans toutes ses acceptions sémantiques, est au coeur du programme.
Image du
site le hurlo-matic


Enfin, une installation sonore que je n'avais pas repéré avant mon arrivée à Chalon. Celle-ci a été conçue par la Compagnie
"La chose publique", qui se définit elle-même en quête d'identité, thème dont elle a fait son cheval de bataille, fil rouge de ses créations. De plus, l'identité, sujet brûlant d'actualité et parfois exposé à tous les risques de dérapages, tant linguistiques, sémantiques que politiques, est ici décliné essentiellement par le média son, donc parfois en termes d'identité sonore, par Hocine Chabira, que j'ai déjà croisé à Villeurbanne pour discuter autour de cette fameuse "chose sonore".
Pour en revenir à Chalon dans la rue, la compagnie présentait "Tu ville ? moi aussi...", une installation sonore urbaine qui nous raconte... la ville.
Alignés sur un passage piéton, neufs douches sonores nous égrennent, de façon drôle et intimiste, lorsque l'on actionne un bouton-poussoir, de courts récits de ville.
Comment les feux tricolores reflétés dans la chambre d'un homme influent, selon qu'ils soient verts ou rouges, sur les décisions que prendra l'occupant; comment se perdre en transport en commun et changer sa vie par l'errance; l'influences des ronds-points... Et d'autres petites perles de quelques minutes que l'on écoute selon son humeur, en se fabriquant son propre cheminement de bornes en bornes.
Ce fut ma petite découverte chalonnaise et aussi l'un de mes coups de coeur que je vous invite à découvrir si jamais votre route croise cette installation, voire à inviter si vous avez des velléités de programmation sonore..


Sources image : plaquette du spectacle La chose publique




















Tag(s) : #FESTIVALS