Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BOUQUINS POUR LES YEUX ET LES OREILLES

Les jours racourcissant petit à petit, en même temps que la température fraîchit, nos longues soirées hivernales à venir seront propices à la lecture.
C'est pourquoi je vous propose une sélection d'ouvrages en langue française consacrés, anciens et récents,  aux arts sonores et ils ne sont en fait pas si nombreux que celà.
Toutefois, cette liste n'a pas prétention à être exaustive, et vous pouvez proposer d'autres titres, le blog étant je le rapelle une forme ouverte à la participation.

Dans les grands classiques déjà anciens, on citera quelques incontournables de Jean-Yves Bosseur dont John Cage et Musique et arts plastiques, intéractions au
XXe siècle
aux éditions Minerve, collection Musique 
Jean-Yves Bosseur


http://www.decitre.fr/gi/33/9782869310933FS.gifJohn Cage


Notes de l'éditeur
L'œœuvre de John Cage restera sans doute encore longtemps un défi lancé au monde musical et à ses conventions. Inventeur du « piano préparé », il est aussi l'initiateur de courants artistiques majeurs de l'après-guerre…



http://www.decitre.fr/gi/45/9782869311145FS.gifJean-Yves Bosseur

Musique et arts plastiques
Interactions au XXe siècle

Notes de l'éditeur
Tout au long du XXe siècle, peintres et musiciens ont multiplié les formes d'échange, faisant du temps un élément concret du travail plastique. Les nouvelles technologies elles-mêmes se situent au croisement de plusieurs modes d'expression…



Autre style mais toujours dans la mouvance "post Cagienne", un autre incontournable pavé
L'image “http://neospheres.free.fr/images/disk/nyman.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs."Experimental Music, Cage et après?..."
 de Michael Nyman.

Notes de l'éditeur
Publié en 1974 avec une préface de Brian Eno, Experimental Music est l’ouvrage qui fait autorité sur la question. Cette tradition musicale anglo-américaine née en grande partie de la musique et des idées de John Cage s’est développée dans la seconde moitié du 20e siècle parallèlement et, en partie, en opposition avec l’avant-garde dominante de Boulez ou Stockhausen. Commençant par John Cage et sa fameuse pièce “silencieuse” 4’33’’ Nyman étudie le travail de compositeurs et de groupes qui ont adopté des attitudes radicalement novatrices envers les concepts d’oeuvre musicale, de notation, de temps et d’espace et entrepris de bouleverser les rôles du compositeur, de l’exécutant et de l’auditoire. 25 années après la sortie de l’ouvrage on peut mesurer combien ces audaces ont modifié notre approche de la musique et renouvelé le répertoire contemporain. Steve Reich, Philipp Glass, Gavin Bryars, Michael Nyman lui-même sont issus de cette école expérimentale, qui, d’abord décriée pour son manque de clarté et son étrangeté, a trouvé aujourd’hui un public enthousiaste. L’ouvrage de Nyman, dont il n’existe aucun équivalent en français, mêle avec bonheur les analyses et les anecdotes (contrairement à ce qu’on pourrait penser l’humour tient une grande part dans ce mouvement – ainsi d’ailleurs que les revendications politiques) et parvient à faire saisir au non-initié les fondements et les enjeux d’un courant qui a influencé en profondeur toute la musique actuelle.
(et par delà les arts sonores... Dixit l'auteur de ce blog)




Un petit ouvrage en taille, mais une réflexion fort intéressante de bastien Gallet avec "Composer des étendues, l'art de l'intallation sonore; Ecole des Beaux-arts de Genève 2005


Notes de l'éditeur

Bastien Gallet :: Composer des étendues : l'art de l'installation sonore :: Ecole des Beaux-arts de Genève :: 2005Composer des étendues (l'art de l'installation sonore), de Bastien Gallet est le quatrième ouvrage à paraître dans la collection "n'est-ce pas ?" éditée par l'Ecole supérieure des beaux-arts de Genève, après ceux de Jean-Pierre Vernant, Gaëtane Lamarche-Vadel et François Barré. Il reprend une conférence donnée par Bastien Gallet le 23 mars 2005 dans le cadre du cycle de conférences "Art et musique, contemporains ?". Bastien Gallet est philosophe, rédacteur en chef de la revue Musica Falsa et depuis 2003, directeur du Festival Archipel à Genève. Il est également l'auteur en 2002 du Boucher du prince Wen-houei : enquête sur les musiques électroniques parue aux éditions MF.

"Installer des sons ne veut pas dire faire une installation plastique de sons, mais les disposer dans un lieu. Installer des sons veut dire composer une étendue et sa rencontre avec un lieu. L'installation sonore est musique à condition que l'on comprenne la musique autrement, non plus comme l'art des sons, mais comme l'art des étendues (et des durées) sonores, en relation avec des lieux dont elle dispose ou qu'elle invente".

Après avoir défini et délimité la notion d'étendue, l'auteur articule son essai autour de quelques mots clefs : répercussion, installation, interagir, se différencier, apparition, images sonores, musique. Autant de jalons ou de mini-chapitres pour avancer dans une démonstration riche en enseignements, qui a le mérite de s'appuyer sur des exemples concrets et de baliser ce que l'on appelle (faute de terme réellement approprié) Klangkunst, Sound Art ou encore installation sonore.





L'image “http://www.editionsalternatives.com/images/p305.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Un ouvrage devenu rapidement un référent dans l'histoire de la bricophonie, de la lutherie expérimentale et des machines sonores, "les chercheurs de sons" de Gérard Nicollet, aux éditions Alternatives. A lire autant qu'à regarder car les illustrations de Vincent Bruno sons très belles.

Notes de l'éditeur
Instruments inventés, machines musicales, sculptures et installations sonores, un long sous-titre pour tenter de rendre compte de la diversité des approches de ce champ musical aussi diversifié qu’inventif. En rapport avec cette diversité, on trouvera ici une sélection d’objets sonores acoustiques, conçus par trente musiciens francophones contemporains, spécialisés dans le domaine de l’invention sonore. Ce livre s’adresse tant aux non-spécialistes, curieux de découvertes musicales inédites, qu’aux passionnés de lutheries différentes et de musiques expérimentales, ainsi qu’aux différents professionnels de la pédagogie musicale.



Alexandre Castant nous parle, dans planète sonore, d'une approche des arts sonores au travers les arts plastique, le cinéma  et la création radiophonique.

Notes
L'image “http://www.paris-art.com/img/oeuvre/parisart-24-Mono-Cast-2748-15764.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Comme nous le fait remarquer Alexandre Castant dans son ouvrage Les Planètes sonores, il est difficile de décrire le son. En effet, parce qu’il est lié à l’espace, le son a la particularité de nous plonger dans un univers tridimensionnel. Si notre oreille externe est l’organe de l’ouie, notre oreille interne dans sa complexité nous renseigne en permanence sur notre position dans l’espace par rapport à la pesanteur. Grâce à ces deux oreilles nous sommes en union physique constante avec la planète. Entre « la vieille basse continue des eaux maternelles » décrite par Pascal Quignard et la pollution sonore de notre monde, Alexandre Castant nous entraîne dans une mise à jour passionnante, de trois grandes planètes sonores que sont la radio, les arts plastiques et le cinéma. Dans ces trois domaines l’auteur nous fait comprendre comment le son s’est fait image.

Comment l’utilisation d’une image sonore vient-elle modifier la perception de l’écoute d’un texte ? Dans ses adaptations littéraires pour la radio, Pierre Schaeffer a exploré l’association d’une narration à des images sonores, comme pour nous plonger dans un paysage sonore qui se voulait plus « réel », qui agrandissait, qui sculptait les images intérieures que nous pouvons nous faire à l’écoute des textes.

Comment l’art s’est emparé du son, du bruit, de la voix, de la musique, du silence, de l’inaudible, dans une poïétique qui connut ses crises et ses utopies. Dans le passage entre les arts visuels et le monde sonore, outre le cri, celui de Bacon et celui de Munch, où il est question de figurer le son, certains rêvent le moment où, comme le mentionne Louis Marin à partir des écrits de Paul Klee « …la musique serait indiscernable de la peinture, un univers où les yeux seraient des oreilles… ». C’est le mérite d’Alexandre Castant de nous faire accéder à l’histoire du son dans la plupart de ces grands moments de création qui traversent les arts plastiques modernes et actuels.

« Comment faire des images qui vont avec des sons… ? », se demandait le cinéaste Robert Kramer. Il expliquait comment le son pouvait ouvrir le fond de l’image pour la rendre plus suggestive, ce qui reviendrait à dire que l’image visuelle étant plate, en deux dimensions, elle s’augmente de la troisième dimension avec le son. Dans le domaine du cinéma, Alexandre Castant ne fait pas que recenser l’importance de la plastique sonore cinématographique qui habite désormais notre imaginaire personnel et collectif. Il nous montre que les grands cinéastes, ceux qui ont laissé une empreinte en nous, Eisenstein, Welles, Hitchcock, Bresson, Bergman, Antonioni, Robbe-Grillet, Wenders ou Godard, se sont toujours posés la question de la bande sonore et à quelles fins ils l’ont utilisée. Dans cette subtile association image/son, Godard prend le parti de décaler de façon aléatoire et chaotique, peut-être pour nous enjoindre de ne pas nous laisser fasciner par ce que l’on voit.

Si notre époque a privilégié l’image visuelle pour le meilleur et pour le pire, nous ne devons pas oublier que l’image créatrice est toujours polysensorielle et affective, et que les images sonores ne sont pas des annexes de l’image visuelle. Nos premières images ne sont-elles pas sonores ?




Et encore, toute une magnifique série intitulée "Dispositifs sonores" par les éditions "Les presses du réel"
 

Brandon LaBelle
Live Bootleg (+ CD audio)
édition bilingue (français / anglais) Les presses du réel – Performing arts Une vue d'ensemble des dispositifs sonores et des environnements de l'artiste-musicien expérimental, avec trois essais et un entretiens, un projet spécifique, les vues d'installations et les performances sur CD audio.




Céleste Boursier-Mougenot
États seconds
édition bilingue (français / anglais) Analogues – livres Le premier ouvrage monographique consacré aux installations sonores de Céleste Boursier-Mougenot, conçu par l'artiste / musicien français, adaptant au format livre l'idée de dispositif qui caractérise son travail.




Carsten Nicolai
Static Fades
édition bilingue (anglais / allemand) JRP|Ringier – Monographies de référence Monographie sur le travail du plasticien et musicien berlinois (Noto / Alva Noto / Raster Noton).


édition bilingue (français / anglais)
JRP|Ringier – Monographies
momentanément indisponible
Première monographie dédiée au travail de l'un des artistes les plus inventifs de la jeune scène française, documentant l'installation pour guitares électriques automatisées Power Chords.
Contient un CD audio.



édition bilingue (français / anglais)
Les presses du réel – Performing arts
à paraître
La première monographie consacrée au travail de l'artiste / musicien / compositeur / performer proche de la mouvance Fluxus, avec de nombreux textes et illustrations, accompagnée d'un DVD présentant des performances sonores et des vues d'installations en vidéo.



Les presses du réel – Mamco (Genève)
à paraître
Première ouvrage consacré à la pratique photographique de Christian Marclay.

édition anglaise
JRP|Ringier – Monographies
Publication d'envergure sur le travail du performer / musicien / artiste conceptuel / réalisateur, réunissant ses films et installations les plus célèbres, avec cinq essais et un entretien.




Charles-E Platel
Musique Imaginaire

image de la couvertureLe Livre de Charle-E Platel s'il parle de la musique contemporaine, aborde cette dernière de façon très élargie, avec des approches du paysage sonore, du rapport  son-image et représentations... Bref, comme un ouvrage original qui devrait intéresser les écoutants curieux.
De plus, il est disponible gracieusement en ligne, mais aussi à l'achat en version papier pour ceux qui n'apprécient guère la dématérialisation galopante des produits culturels et préfèrent avoir en main un objet de lecture tangible.

Notes de l'auteur

Ce livre s’adresse d'abord à ceux qui sont désorientés, voire rebutés par la musique contemporaine.

Pourtant, en Europe, en Amérique et sur toute la planète, les aventuriers des musiques expérimentales, concrètes, électroacoustiques, modernes ou postmodernes, et aussi du jazz, explorent et mettent en poésie d'immenses nouveaux mondes musicaux.

Nous avons besoin de points de repère adaptés pour les y suivre, car les musiques classiques ou populaires ne nous y préparent pas. Par exemple, nous découvrirons que les nouveaux espaces sonores étaient déjà largement habités avant leur exploration et que leur nature ne permet pas d’y faire n’importe quoi.

Se référant à quelques fondamentaux de l'acoustique, de la perception auditive, de la communication et de la connaissance, nous proposons une progression, des étapes et des mots pour décrire, analyser et aussi composer la musique au XXIe siécle.

Maintenant, ouvrons toutes grandes nos oreilles et entrons dans l'espace musical imaginaire de Cage, Stockhausen, Schaeffer, Henry, Ferrari, Parmegiani, Bayle, Xenakis, Berio, Partch, Riley, Glass, Eno, Reich, Monk, Dolphy, Solal, Portal et autres créateurs non cités ici, poètes, artisans et diffuseurs de la nouvelle musicologie.

Charles-E Platel





Voila  donc une première livraison de titres, peut-être de quoi à donner des idées de cadeaux à faire ou à se faire pour les prochaines fêtes de Noël.





Tag(s) : #ECRITS