Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


SELECTION POUR UNE
NUIT BLANCHE A L'ECOUTE
Le 3 octobre 2009 à Paris




http://www.nuitblanche2009.com/img/logoNew.pngLa manifestation Nuit Blanche, événement culturel emblématique de la Ville de Paris, aborde fièrement cette année sa huitième édition.
Après avoir investi différents sites de la Capitale, elle a maintenant essaimé non seulement dans d'autres cités de la région parisienne, mais aussi dans d'autres villes de France, et maintenant dans de nombreuses capitales du Monde entier. Le concept a fait école, et poursuit son chemin !
Cette folle nuit multimédia présente de nombreuses formes artistiques, spectacles, performances, expositions, installations... et autres inclassables, attirant chaque année un public de plus en plus nombreux, en quête de surprises urbaines renouvelées.
L'espace public revisité est ainsi prétexte à moult expériences, tansformant gares églises et places publiques en lieux de spectacles souvent surprenants.

Des arts Sonnants vous propose aujourd'hui une petite sélection d'œuvres ou de créations sonores proposées à Paris et alentours, pour se plonger dans des histoires sonores tous azimut, l'espace d'une nuit seulement, mais quelle nuit !.

Caroline Cartier
L’insurrection qui ne vient pas - Voyage en actualité
23 RUE DE SÉVIGNÉ / 75004 PARIS
À PARTIR DE 19H
Tous les matins sur France Inter, à 7h51, dans le « prime time » de l’info radio, le « Cartier Libre » de Caroline Cartier donne à voir trois minutes de sons, simple témoignage, reportage, compilation d’archives, sans commentaire. Pour la quatrième année, avec le même plaisir et le même enthousiasme, Caroline a imaginé, à la manière d’un collage photographique, un montage unique. Le temps d'une « projection sonore » de 10 minutes et grâce à la technique de diffusion en 5 canaux (les enceintes diffusent chacune un son différent), le visiteur est plongé dans un univers poétique qui revisite l'actualité. Un projet présenté en juillet dernier dans le cadre des rencontres d’Arles et que les noctambules pourront découvrir durant Nuit Blanche. C’est depuis 2006 le quatrième rendez-vous entre le travail de Caroline Cartier et les Parisiens, qui se retrouvent chaque année pour cette nuit si particulière..

Claude Closky
Playing Guitar - Installation vidéo, 2008
GYMNASE JEAU-JAURES
87 AVENUE JEAN JAURÈS 75019 PARIS
M° LAUMIÈRE
BUS 60, N13, N41, N
45
DE 19H À 7H









Biographie

Claude Closky s’intéresse depuis longtemps aux signes qui l’entourent, les lettres, les mots, les images ou les messages fonctionnels que nous croisons au quotidien avec une certaine indifférence. Ses dessins, textes, images, livres, tableaux ou installations vidéo, deviennent des surfaces de réorganisation de ces signes trouvés, et leur accordent la liberté d’un mouvement du sens, devenu moins autoritaire, souvent drôle, absurde ou émouvant.
Le projet
Closky projette sur le sol trois photos cadrées par des barrières de concert, provenant du Air Guitar, ces compétitions fondées sur des interprétations simulées de guitare électrique. Tournant sur elles-mêmes comme un vinyle, chaque projection entraine une bande son. Aucun mouvement dans l’image, c’est l’image qui est en mouvement. Lorsqu’elle ralentit et se fige, la vitesse du son se réduit jusqu’au silence, le temps s’arrête pour laisser place à la figuration.  Démonstration sans action, expression sans production, la représentation est en circuit fermé.

WWW.CLOSKY.INFO


WWW.SITTES.NET



Futurs Composés
Composer le corps - Performance pluridisciplinaire
CENTRE SPORTIF SAINT-GERMAIN12 RUE LOBINEAU / 75006 PARIS
M° MABILLON
DE 19H À 7H











http://www.alamuse.com/mailings/2008/museletter2122/nuitblanche09.gifFuturs composés est un réseau de professionnels de la musique contemporaine regroupant musiciens, ensembles, festivals et lieux de diffusion. Pour Nuit Blanche, ce réseau insolite proposera une série d'interventions dues à John Cage,  Daniel Blinkhorn, le Chant des Baleines, Kasper Toeplitz... autour de la piscine et du gymnase Saint-Germain des Prés. Nager à la rencontre d'ondes musicales, plonger dans les images numèriques, suivre un parcours lumineux et sonore...
À vos maillots de bain pour une expérience sonore inouïe !
Infos Nuit Blanche



Dominique Petitgand
Quelqu'un par terre - Installation sonore pour 13 haut-parleurs,
2005 / 2009
ÉGLISE SAINT ROCH296 RUE SAINT-HONORÉ 75001 PARIS
M° PYRAMIDES, TUILERIES
BUS 21, 24, 27, 68, 72, 81, 95
DE 19H À 2H
http://www.paris-art.com/img/oeuvre/parisart-14-AM-Petitgrand-P-34946.jpg
Ce sont les qualités architecturales et acoustiques de l'église St Roch qui m'ont donné envie d'y faire entendre l'installation sonore Quelqu'un par terre. Plusieurs repérages et essais dans le lieu, m'ont ensuite amené à adapter son dispositif, à déployer (en même temps qu'à radicaliser) son principe.

Dans cette installation, qui se déploie dans plusieurs espaces, des éclats de chaise cachent des éclats de voix. Et le visiteur doit se déplacer d'un espace vers un autre pour écouter ces voix qui ne se font entendre puis comprendre qu'une fois franchi certains seuils. Dans l'oreille de l'auditeur, il se passe ce phénomène : une chaise métallique qui s'abat avec scansion sur le sol fait naître une suite de paroles. Et c'est le déplacement du visiteur qui lui fait découvrir l'un après l'autre les deux termes de ce binôme bruit / langage. Une mobilité qui laisse l'auditeur libre de choisir son point d'écoute : d'un côté, de l'autre ou bien entre.
Lorsque les voix apparaissent au visiteur, un récit se fait jour, des liens se révèlent.
Chaque phrase est associée à un éclat de chaise. Pour accoler ensemble les deux éléments (bruité et parlé), je me suis servi du synchronisme et d'une forte ressemblance formelle. Chaque éclat de chaise est associé à une phrase qui a exactement la même durée, le même déroulé, la même découpe : "ta-ta-ta-ta" =
"quel-qu'un-par-terre", "ta-ta-ta" = "t'in-quiète-pas", "ta-ta-ta-ta-ta" = "tout-est-ou-blié", créant ainsi une succession de séquences à deux faces. Je dois préciser que j'ai enregistré chacun des sons, indépendamment, sans chercher le mimétisme. Le mimétisme est seulement révélé par un choix très précis des fragments et une opération de montage, un couplage qui se dissocie lors de l'installation.
Les différents espaces et le système de diffusion utilisés pour chacun des sons accentuent cette dissociation. Dans le premier espace de l'église, grand, ouvert, à l'acoustique résonante, de part et d'autre de la nef, en diagonale, huit haut-parleurs au sol diffusent les éclats de chaise. Dans le dernier espace, plus étroit, à l'acoustique plus feutrée (la chapelle terminale), un seul haut-parleur sur socle diffuse les voix.
Un dualisme se fait jour qui concerne la relation du visiteur à ce qu'il perçoit : d'un côté (dans la nef), un champ sonore qu'il peut traverser, de l'autre (dans la chapelle), un point localisé duquel il peut s'éloigner ou s'approcher. La forte résonance du premier espace produit un écho, doublon sonore qui prolonge chaque éclat de chaise et qui sonne dans le silence. C'est ce que le visiteur continue d'entendre une fois éloigné du champ. Et lorsque celui-ci s'approche des voix, cet écho, par le jeu du synchronisme devient l'écho des phrases, associé à elles comme une ombre portée.
L'installation met en scène un troisième son, situé dans un troisième espace, intermédiaire : le son du vent. Le vent, enregistré un jour de tempête, qui se faufile à l'intérieur d'un lieu, passe sous les portes et fait chanter l'architecture. A la différence des deux autres, ce son est continu, il n'est pas interrompu par des silences, il fluctue, il s'insinue.
Un des résumés possibles de Quelqu'un par terre : une chaise qui parle, des phrases
qui tombent, le vent qui chante.
(texte de dominique petitgand d'après un entretien avec Vanessa Desclaux, mars / septembre 2009)


Avec le soutien de Art, Culture et Foi

www.gbagency.fr/#/fr/14/Dominique_Petitgand/



Guillaume Chappez
Tcheliabinsk-40 - INSTALLATION SONORE INTERACTIVE
MAIRIE DU 3E ARRONDISSEMENT
2 RUE EUGÈNE SPULLER 75003 PARIS
M° ARTS ET MÉTIERS, TEMPLE
BUS 75, 20

DE 19H À 1H

Compositeur et artiste concerné par des problématiques d’environnement et de pollution, Guillaume Chappez déploie une installation sonore autour de la ville de Tcheliabinsk-40, théâtre d’une catastrophe nucléaire. Le visiteur pénètre dans le décor d’apocalypse d’une cité interdite, chaque nouvelle circulation engendrant des modifications sur le mode interactif.

WWW.MUSIC-SYNTHESE.COM



Janet Cardiff

The Forty Part Motet - Installation sonore, 2001
Église Saint- Séverin
1 RUE DES PRÊTRES SAINT-SÉVERIN / 75005 PARIS
M° ODÉON, SAINT-MICHEL, CLUNY LA SORBONNE, MAUBERT MUTUALITÉ / RER SAINT-MICHEL NOTRE-DAME
BUS 21, 24, 27, 38, 47, 63, 85, 86, 87, 96, 470, N22, N121,

DE 19H À 7H


Biographie
Née en 1957, l’artiste canadienne Janet Cardiff travaille seule ou en duo avec l’artiste George Bures Miller, son époux depuis 1982. Parti des disciplines traditionnelles, son travail évolue peu à peu vers des recherches expérimentales et multimédia. Le son s’impose alors comme un élément sculptural à part entière de ses vastes installations. En 2001, Cardiff et Bures Miller emportent pour le Canada le Grand Prix de la Biennale de Venise avec leur installation sonore « The Paradise Institute ».

Le projet
Pour Nuit Blanche 2009, l’artiste Janet Cardiff réactualisera son oeuvre de 2001 « The Forty Part Motet » [Motet pour quarante voix] récompensée à l’époque par le Prix du millénaire du Musée des beaux-arts du Canada. Dans l’église gothique de Saint- Séverin, quarante enceintes seront disposées en arc de cercle, diffusant chacune la voix des quarante chanteurs impliqués dans cette composition musicale Spem in Alium (1573) de Thomas Tallis. Circulant dans l’espace, le visiteur pourra saisir individuellement la participation de chaque chanteur mais aussi mesurer, au gré de ses déplacements, l’architecture sonore qu’engendre graduellement la superposition des voix.

WWW.CARDIFFMILLER.COM



Parcours soundwalk
avec Isild le Besco
LE PETIT FER À CHEVAL
30 RUE VIEILLE DU TEMPLE / 75004 PARIS
M° SAINT PAUL, HÔTEL DE VILLE
BUS 67, 69, 76, 96

DE 14H À 2H

Un Soundwalk est une nouvelle façon de voyager. Le visiteur télécharge sur son téléphone ou sur son lecteur MP3 un parcours Soundwalk et part pendant une heure à la découverte d'un quartier. Ici vous suivrez les aventures d’Isild Le Besco qui vous entraînera dans ses pas à travers le Marais. Plus d’informations et téléchargements sur www.soundwalk.com/nuitblanche

Avec le soutien de Clicmobile

WWW.SOUNDWALK.COM



Pierre Giner avec Patrick Vidal
6ème Arrondissement Paris, 75006 Paris, France
LIGNE 11 / STATIONS OUVERTES TOUTE LA NUIT SAUF RÉPUBLIQUE, BELLEVILLE, PORTE DES LILAS
DE 19H À 7H



Historique des ARC
Créé en 1969 par Alain Trutat et Jean Tardieu, l’Atelier de Création Radiophonique, connu sous le nom d’ACR, se veut dès le départ un laboratoire d’expérimentation dans le monde de la radio. Zone d’échanges interdisciplinaires, ce programme hebdomadaire de France Culture convie des artistes et chercheurs de tous bords (compositeurs, plasticiens, cinéastes, écrivains, poètes, chorégraphes et danseurs, performeurs, metteurs en scène…) à réaliser eux-mêmes les 75 minutes de l’émission. Avec une liberté inégalée dans un paysage radiophonique très formaté, les ACR proposent une troisième voie où l’écriture d’une « partition sonore » hors des sentiers battus est en jeu.

Le projet
La RATP (Régie Autonome de Transports Parisiens) fête son 60e anniversaire et s’associe à la 8e édition de Nuit Blanche en s’engageant dans la production et la diffusion d’oeuvres inédites :
– à la station Arts et métiers avec une intervention de l’artiste François Paire,
– tout au long de la ligne 11 et au kiosque du jardin du Luxembourg, en partenariat avec l’Atelier de Création Radiophonique de France Culture : la création d’une oeuvre sonore originale conçue et élaborée par Pierre Giner avec Patrick Vidal « ACR REMIX toujours quelqu’un écoute & quelqu’un n’entend pas » - un mix inédit réalisé à partir de 13* émissions produites
(signées notamment Laurie Anderson, Boris Achour, Jonas Mekas, Matali Crasset, etc.) dans le cadre de l’ACR, détournées, mélangées et recomposées.

Diffusion également sur France Culture dimanche 4 octobre à 23h.







Tag(s) : #FESTIVALS