Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DES VISITES RÉPÉTÉES


 


[création originale 2011]
Artistes : Iris Lancery (FR), Mathias Delplanque (FR)
Prochaines dates :
Résidence à Lieu-Commun (Toulouse). 8>12 avril 2011
Empreintes Numériques (Toulouse).  16 Avril 2011.
St Etienne. 20 mai 2011.
[www.mathiasdelplanque.com]
[http://irislancery.wordpress.com/]

 


 

 


 

 

La création

 

« Des Visites Répétées » est une création musicale scénique réunissant le musicien électronique Mathias Delplanque et la chanteuse et comédienne Iris Lancery. La collaboration de ces deux artistes a débuté sur le net autour d’une expérimentation sonore visant à intégrer la voix à une musique électronique organique et jouée « live ». Après un temps d’échanges par voies numériques, ayant donné lieu à divers enregistrements, ils ont éprouvé le désir de porter cette expérience sur scène, afin d’en éprouver toute la richesse et les possibilités.

 Des Visites Répétées, une pièce unique convoquant diverses approches musicales à la croisée des formes savantes et populaires, de la composition et de l’improvisation.

« Des Visites Répétées » est un long ruban musical où la voix se présente comme un objet sonore qui se fond totalement à la composition musicale et lui fournit sa matière première, faisant l’objet d’un riche travail de traitement sonore (effets surajoutés, déformations, échantillonnages, mises en boucle etc…). Loin d’être une simple ligne mélodique surajoutée à la musique, elle s’immerge dans la masse sonore, s’y démultiplie, s’y fragmente, s’y altère, passant constamment du clair à l’obscur, du distinct à l’indisctinct (Iris Lancery exploite par ailleurs de multiples registres vocaux, du parlé au chanté, du crié au murmuré…).


Biographie

Cette approche entretient un effet de confusion pour l’auditeur qui tend à ne plus distinguer ce qui est chanté en direct de ce qui est échantillonné, ce qui est de source vocale de ce qui est produit par les machines. Deux modes de paroles portées par la voix s’enlacent, bribes de textes dialogués d’humeur concrète; et ruminations intimes, écriture plus abstraite qui peut soudain se déployer vers le chant.

Un dispositif scénique reposant sur un système de multidiffusion (quatre enceintes réparties autour du public, auxquelles s’ajoutent divers petits points de diffusion répartis dans l’espace) permet d’accentuer cette confusion et de plonger l’auditeur dans un véritable bain sonore où sons électroniques et voix tissent une trame extrêmement dense. Mathias Delplanque etIris Lancery opèrent par effets de masse, expérimentant le son dans son pouvoir de déploiement spatial, jouant des pleins et desvides, en saturant ou en creusant l’espace sonore.

L’écriture sonore de Mathias Delplanque, faite de strates multiples superoposées, combinaison de désinvolture et de tension, de désordre et d’organisation serrée, s’y reconnaît totalement.

 

 

 

 

 

 

 

 


Tag(s) : #ARTISTES ET OEUVRES