Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LE TEMPS DE L'ÉCOUTE

Pratiques sonores et musicales sur la Côte d'Azur
des années 1950 à nos jours


Galeries du patio et des cyprès
24 JUIN - 30 OCTOBRE 2011
Vernissage le 23 juin à 19h


L'exposition Le temps de l’écoute vise à retracer soixante ans de création sonore et musicale sur la Côte d'Azur. Cette histoire se construit au travers du regard d'artistes contemporains travaillant ou ayant travaillé dans la région à qui il a été demandé de produire une œuvre destinée à mettre en résonance des productions passées. Concrètement, cela signifie que chaque artiste prend en charge le traitement d’une ou plusieurs séquences de cette histoire en les associant à sa propre pratique, créant ainsi des œuvres originales qui intègrent des expériences du passé.
Les dialogues sont les suivants : Pascal Broccolichi & Lars Fredrikson,Vincent Epplay & Robert Malaval & Les Rolling Stones, Jérome Joy & Jean Dupuy, Ludovic Lignon & Lars Fredrikson, Arnaud Maguet & Sun Ra, Arnaud Maguet & Soft Machine & Jean-Jacques Lebel, Arnaud Maguet & Richard Prompt, Isabelle Sordage & Éléonore Bak, Isabelle Sordage & Éliane Radigue, Gauthier Tassart & Thomas Köner, Gauthier Tassart & Jean-Pierre Massiéra, Christian Vialard & Yves Klein.

 


 

http://documentsdartistes.org/artistes/maguet/images/fear_of_the_black_planet.jpg

Arnaud Maguet

 Fear of the black planet 2008
Sphère PVC, bois, plexiglas, moteur, transistors, émetteur FM et lecteur CD,
220 cm x 160 cm x 160 cm
PVC sphere, wood, plexiglas, motor, radios, FM transmitter
and CD player

Vue de l'exposition / exhibition Mais qu’est-il arrivé à cette musique ?, Villa Arson, Nice
Photographie Jean Brasille

 

 

Ce choix s'explique par la volonté des commissaires de ne pas proposer une exposition d'historien, ni de limiter le projet à la présentation d'archives, de documents ou d'installations simplement réactivées. Il s’entend comme la recherche d’une écriture singulière pour analyser le champ particulièrement expérimental des pratiques sonores et musicales. Il s'agit également de s'appuyer sur la créativité d'artistes contemporains pour tisser des liens entre le passé et leurs propres expériences.

Cette position soulève évidemment la question de l'appropriation et de ses limites. Comment un artiste historique peut trouver sa place dans une œuvre contemporaine ? Inversement, comment une œuvre actuelle peut affirmer son originalité alors qu’elle se construit sur une réalisation passée ? Comment rendre lisible la singularité des œuvres qui se rencontrent ?

C’est en étant affirmée clairement dans son postulat et dans les formes produites que l'appropriation devient une pensée esthétique qui dépasse le simple jeu des citations et des références. Ainsi, pour cette exposition, ce n’est plus la perspective chronologique qui prévaut à l’écriture de l'histoire, mais le rapport atemporel entre les différentes pratiques. Les générations et les expériences ne s’opposent plus. L'histoire devient un flux continu où il ne s’agit pas tant de définir le rôle que chacun des artistes a tenu, que les pratiques qui la structurent et les liens qu’elles tissent entre elles.

C'est dans cet objectif que les commissaires de l'exposition ont confié à The Bells Angels (Simon Bernheim et Julien Sirjacq) de documenter les différentes aventures de cette histoire. Ceci passe par la constitution d'une cartographie qui met au jour un ensemble de passerelles. On y découvre que les pratiques sonores et musicales ne s'opposent plus, mais au contraire, ne cessent de se croiser. Ce travail documentaire intègre l'exposition, participant à sa médiation, mais aussi à sa scénographie en créant des points de focalisation destinés à enrichir chacune des installations.

Dans la foulée de leur recherche, The Bells Angels réalise la publication de l'exposition. Plus qu'un catalogue, il s'agit de réunir l'ensemble des documents collectés auprès des artistes exposés, mais aussi auprès de différents intervenants ou participants de cette aventure. Il s'agira pour la première fois d'écrire - au moins en partie - l'histoire des pratiques sonores et musicales dans cette région tout en préservant l'esprit alternatif et singulier qui les réunit.
Enfin, The Bells Angels produit une pièce sonore à partir de l'exposition pour les Ateliers de Création Radiophonique de France Culture (diffusion prévue en octobre 2011).

Commissaires : Jean-Marc Avrilla, commissaire indépendant et Éric Mangion, directeur duCentre national d'art contemporain de la Villa Arson.

En résonance avec l'exposition trois séries de concerts sont organisées :
- Le 21 juin, pour la Fête de la Musique à la Villa Arson, de 18h à minuit : L'Orchestre Inharmonique de Nice (LOIN), Baron Oufo, Jac Berrocal & David Fenech, Super Reverb, Les Playboys et deux performances conçues et produites par Jean Dupuy et Jérôme Joy.
- Le 7 juillet à la Villa Arson, de 20h à minuit : Éliane Radigue, en partenariat avec le CIRM (Centre de création musicale de Nice)
- Le 8 juillet à la Villa Paloma, Nouveau Musée National de Monaco, de 18h à 22h, sur une proposition des Disques en Rotin Réunis : Bader Motor, Hifiklub & Jean-Marc Montera et Khan's Piano Duo.

En écho à l'exposition, Le Dojo invite Céleste Boursier-Mougenot pour une installation  spécifique, Index v5, ainsi que cinq artistes issus de l'École nationale supérieure d'art   de la Villa Arson : Jean-Pierre Bertrand, Benjamin Blaquart, Julien Dutertre, Jérôme    Grivel et Mathieu Schmitt (22 juin-30 septembre).   

Cette exposition s'inscrit dans le cadre de la manifestation L'art contemporain et la Côte d'Azur - Un territoire pour l'expérimentation, 1951 - 2011.

Accueil des publics
Pour un regard informé sur l'exposition les visiteurs son accueillis par des étudiants de l'Ecole d'art de la Villa Arson, véritables interlocuteurs quant aux enjeux du projet de l'exposition, des oeuvres et des démarches des artistes. Un espace de documentation réunit une sélection de publications, des documents audiovisuels et des dossiers consacrés au projet et aux artistes exposés.

INFORMATIONS PRATIQUES

Le Centre national d’art contemporain est ouvert tous les jours de 14h à 18h (de 14h à 19h en juillet et août). Fermeture le mardi.                   
Ouverture prolongée jusqu'à 21h les 22 et 23/07 ; jusqu'à 20h les 26 et 27/08.                           
Entrée libre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #FESTIVALS