Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DES SILLONS, DES SONS ET DES IMAGES
Vinyl, disques et pochettes d’artistes, la collection Guy Schraenen
19 février - 16 mai 2010
La Maison Rouge - Paris



artoff155.jpg

Les expositions concernant les domaines de la création sonore ont maintenant une certainr habitude à présenter des sons installés, des dispositifs ou sculptures produisant du sonore, des bandes-sons accompagnant des éléments visuels ou plastiques, mais également les seules représentations du son. Ces traces sonores constituent d'ailleurs quasiment un genre de monstration à part entière, décliné sous de nombreuses formes.
Représentations en volume, illustrations, traces, extensions visuelles de tout crin, le son s'expose parfois sans même se faire entendre. Tout au plus peut on supposer ou imaginer, d'après ses représentations, ses concrétions, ce qu'il pourrait être.
Depuis les années 70, nombre d'artistes ont croisé différents média dans un désir d'agencer une œuvre protéiforme, usant de multiples canaux,  matières ou procédés, pour se livrer au public sous plusieurs facettes.
Par exemple, des artistes musiciens ou expérimentateurs de sons nouveaux, noisy, rock et post-rock, courants progressifs, alternatifs, underground... se sont penchés sur le support et l'emballage de leurs créations. Le disque vinyl et sa pochette illustrée en étant un exemple flagrant. Prenons, comme référence emblématique, le travail effectué par Sonic Youth, pour ne citer qu'eux, associant recherches sonores et graphiques associées, via la pochette du disque. Souvent je me dis que l'apparition du CD numérique a causé la quasi disparition de superbes supports visuels, qui donnaient à un produit une belle cohérence alliant visuel et sonore.
Aujourd'hui, des collectionneurs fondus de supports vinyliques entretiennent l'histoire de ces rapports sons et visuels, en nous présentant de belles collections à voir et à entendre, illustratrices des styles emblématiques de certaines époques, des signatures très affirmées d'artistes ou de groupes qui ont marqué leurs temps d'une esthétique n'appartenant qu'à eux.
Voici donc  une exposition en deux volets, présentée par la Maison Rouge, où les supportes vinyls sont à entendre, en même temps que leurs pochettes à regarder. Cette exposition est respectivement construite autour de la collection de l'éditeur belge Guy Schraenen., et de la collectionneuse franco-mexicaine Daniela Franco.


Vinyl, disques et pochettes d’artistes, la collection Guy Schraenen

19 février - 16 mai 2010

L’exposition Vinyl réunit la collection de disques 33 tours du collectionneur, commissaire d’exposition indépendant et éditeur belge, Guy Schraenen.
Depuis plus de trente ans, ce passionné des multiples d’artistes (objets, catalogues, livres d’artistes, revues) a rassemblé, parmi d’autres, une collection spécifique autour du son, de plus de 1000 objets comprenant des disques vinyle (presque 800), mais aussi des bandes magnétiques, des cdroms, des revues spécialisées, des ouvrages de référence, des catalogues et des œuvres .

L’exposition présente dans leurs composantes acoustiques et visuelles, des disques 33 tours d’artistes plasticiens, qui reflètent la variété des expérimentations sur le langage et le son à partir des années 1920 et pendant tout le XXè siècle.

Avec l’élargissement des pratiques artistiques au domaine du son et avec le développement de la création visuelle au disque et à sa pochette, ont commencé à apparaître des œuvres au caractère innovateur et d’une grande qualité plastique.
Des artistes de divers courants artistiques ont créé des pochettes pour leurs propres œuvres sonores. La pochette de disque est devenue un objet particulièrement stimulant. Aujourd’hui les disques vinyle ont acquis un caractère mythique pour les plus jeunes générations et un caractère historique pour les plus anciennes.

L’exposition se divise en diverses sections qui vont des mouvements de l’avant-garde des années 1920 comme le Dadaïsme et le Futurisme, jusqu’aux expérimentations sonores les plus récentes en passant par des mouvements comme Fluxus, le Nouveau Réalisme, le Pop Art, le groupe Zaj ou l’art conceptuel.
Très souvent les enregistrements documentent des performances ou actions, formes essentielles des courants artistiques des années 1960 et 70.
Certaines sections de l’exposition permettent d’aborder la poésie sonore, ou présentent des groupes de disques d’artistes tels que Hanne Darboven, Jean Dubuffet, Dieter Roth, Joseph Beuys, Laurie Anderson, William Burroughs ou Allen Ginsberg, la Revue OU d’Henri Chopin ou les Giorno Poetry Systems.
Des artistes tels qu’Yves Klein, Roman Opalka, Hermann Nitsch, Tom Wesselmann ou Karel Appel sont présents avec des « singles ».
La relation entre les arts visuels et la musique rock et pop est soulignée avec les disques des Rolling Stones ou des Beatles, mais aussi des groupes plus récents comme Kraftwerk ou Sonic Youth ; des artistes comme Andy Warhol, Robert Franck, Peter Blake, Raymond Pettibon, les ont transformés en icônes.
Une des sections de l’exposition se concentre sur les disques comme objets, c’est-à-dire des disques qui rompent avec la forme classique du 33 tours en la manipulant, la transformant.
Sur une table d’écoute spécialement conçue pour l’exposition, les visiteurs pourront avoir accès à presque la totalité des disques de la collection.
 
Exposition organisée par le Centre de recherche pour les publications d’artistes/Neues Museum Weserburg Bremen, Allemagne, et le Museu d’Art Contemporani de Barcelone, Espagne.



artoff671.jpg

Face B, un projet de Daniela Franco
19 février - 16 mai 2010

Intitulé Face B en référence à la deuxième face du disque vinyle, le projet de Daniela Franco consiste en la création, d’un site internet qui regroupe une partie de ses archives.

Depuis l’âge de cinq ans, Daniela Franco collectionne en effet photos trouvées, articles de presse, images de toutes sortes, et plus particulièrement sons, musiques et l’iconographie qui s’y rapporte. L’idée d’archivage chère à l’artiste rejoint très souvent celle de collection, thématique qui s’inscrit dans les préoccupations de la maison rouge. Daniela Franco a demandé à certains acteurs de la culture (arts plastiques, musique, littérature, design...) de participer au projet en lui fournissant des listes d’albums. Celles-ci sont consultables sur le site internet et sur les ordinateurs mis à disposition du public de la maison rouge. Il semblait logique d’utiliser le web, devenu une sorte de méga-archive collective, que chacun nourrit et où chacun pioche.

Sur le site de "Face B", les pochettes, ainsi que certains morceaux des albums, sont classés en fonction des critères très spécifiques qui ont guidé leur choix : les dix disques qui illustrent une biographie, ceux sur les pochettes desquels on aimerait figurer, ceux dont la pochette est meilleure que le contenu musical … Une section spéciale est dédiée à des écrivains invités à sélectionner un disque dans les archives de Daniela Franco. Une sélection de reproductions de ces pochettes ainsi que les disques les plus rares de ses archives (dont les originaux ont été pour certains perdus ou ont disparu définitivement) est présentée au mur, à la sortie des expositions. Ces disques feront également l’objet d’une publication, à paraître début mars, qui réunira les pochettes et histoires de chacun.

Daniela Franco est née à Mexico, elle vit et travaille entre Paris et Mexico. En 1996, grâce à une Bourse Fullbright elle étudie au San Francisco Art Institute. Ses projets ont reçu l’appui de la Fondation Rockfeller (USA), de la Fondation Humex (Mexique) entre autres. Son travail se caractérise par la collaboration avec d’autres disciplines, comme la musique ou la littérature. Pendant de nombreuses années son principal medium a été la vidéo, et plus particulièrement le montage. Elle utilise les images et les sons comme un poète les mots, c’est-à-dire pour leur forme, leur rythme, leur sonorité indépendamment de leur signification. Le travail plus récent de Daniela Franco consiste dans sa forme, à orchestrer des projets pour lesquels collaborent des écrivains, des musiciens, des architectes…et sur le plan conceptuel à créer des fictions à partir de coïncidences et des légères altérations du quotidien.

www.lamaisonrouge.org/faceb












Tag(s) : #FESTIVALS