Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

INSTALLATION SONORE

LA COUR SONORE

 

Installation électroacoustique

de la cour du pavillon central du Familistère de Guise (Aisne)

 

 

Jean-Christophe DESNOUX, compositeur

Manuel POLETTI, réalisateur en informatique musicale

 

 

 

 

800px-Familistre_Central_Guise_Intrieur.JPG

 

 

 

 

Le Familistère de l’ingénieur Jean-Baptiste Godin est un ensemble de logements et de lieux de vie destiné à élever la condition ouvrière au dessus du sort qui lui était réservé à l'époque. Le Familistère est situé à Guise (Aisne), à proximité de l’usine de fabrication des fameux poêles Godin. Pour la construction du pavillon central en 1863, Godin développe une ingénierie remarquable de l’habitat pour offrir de l’hygiène, du confort, de l’aisance et même de l’agrément. Les caves de l’édifice constituent notamment une véritable centrale de ventilation naturelle. Dans le cadre de la restauration du pavillon central et de la création du musée en 2010, il fallait habiter ce grand volume sans le perturber… avec du son pour en manifester de façon nouvelle et poétique les flux d’aération propre à l’architecture de Godin.

Dans la cour, rien, un immense vide coloré par le jaune orangé des murs et la lumière de la verrière. Deux oiseaux sillonnent l’espace sous la verrière, comme masqués par l’air ; invisibles et pourtant présents. Pas d’image pour construire une vérité, le son est un trompe-l’œil.

Comment créer un environnement sonore attractif, ouvrir l’écoute à des sons qui ont été familiers, agréables, néfastes, dans cet univers d’usine, d’ateliers, de jardins, de pouponna, de laverie, d’économat, pour plus de mille ouvriers et leur famille ? Comment orchestrer la cour en permanence, silence compris, en tenant compte de l’acoustique d’un tel lieu (6 sc de réverbération naturelle sous la verrière ). Comment convoquer la mémoire de chacun en diffusant des sons disparus, comment rendre sonore les forces inaudibles du temps, comment faire surgir des images/souvenirs ?

Déjà une première écologie visuelle, aucun des 52 haut-parleurs n’est visible aucune pollution visuelle en dehors de l’architecture intérieure de la cour elle-même : un dispositif de diffusion de sons est greffé dans les caves sur le système de ventilation naturelle de la cour : 58 des 72 bouches de ventilation du sol deviennent des sources sonores.

Le dispositif mis en place pour la Cour Sonore joue du simulacre pour l’auditeur involontaire des sons diffusés dans la cour. Cette installation permanente est intégrée comme élément invisible de l’architecture; elle diffuse en alternance des séquences sonores écrites (Thèmes) et d’autres intermittentes, plus courtes, issues d’un système génératif qui combine des sons entre eux et construit de nouvelles séquences sonores de manière dynamique (Figures).

Il faut également considérer le dispositif de la Cour Sonore comme une sorte de « grand orgue », un méta-instrument de musique qui possède ses propres outils d’écriture et de spatialisation, comme une fabrique de processus, où les sons peuvent être fixés, génératifs, aléatoires ou stochastiques. Des séquences musicales (Musiks) révèlent certaines possibilités de diffusions particulières pour jouer de cet espace, avec des circulations des sons à vitesse et parcours variables, des polyphonies et polyrythmies liées à l’espace…

Un logiciel dédié à la Cour Sonore, écrit en Max/MSP, permet le séquencement des scènes sonores et musicales, la combinaison dynamique de Figures et la spatialisation des sons – qui fait, entre autres, appel à certaines fonctionnalités du Spatialisateur de l’Ircam.

La présentation sera axée sur la structure et les possibilités du programme, qui tâche de répondre à plusieurs problématiques de l’installation sonore pérenne : le renouveau permanent de la matière sonore à diffuser, l’occupation sonore, spatiale et temporelle du dispositif dans l’architecture et le fonctionnement du lieu, et les possibilités d’applications externes au système – extensions temporaires (spectacles, concert) ou substitutions, par exemple pour la création d’un « répertoire » musical du Familistère.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Tag(s) : #ARTISTES ET OEUVRES