Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

KONTACT SONORES 2012
LA LÉGENDE PIERRE HENRY
Vendredi 07

 

 

544967_3600129889840_1471347611_33244026_77188203_n.jpg

La Toile Sonore Olivier Sens/Guillaume Orti et leurs élèves

 Ivan-Mathie-Photographe

 

La soirée commence par une une Toile sonore, déambulation au gré des classes du Conservatoire de Chalon Sur Saône où des élèves instrumentistes se frottent aux traitements sonores tous azimuts. Cette création en mouvement, sous la direction du musicien compositeur Olivier Sens nous fait découvrir différentes facettes de la cohabitation instruments acoustiques, voix comprises, et machines informatiques, dans des séquences entre improvisation et musique mixte. Selon ses affinités avec les timbres et les dispositifs, chacun pouvait organiser son parcours et ses arrêts sur son.

 

 

Pierre-Henry--78342450.jpg

 

 

Cette mise en oreille précédait la "grande soirée" carte blanche à Pierre Henry, que nous ne présenterons plus ici, même pas en temps que "père de la musique électronique"...
Dans un auditorium plein à craquer, après quelques instants d'attente, Pierre Henry entrait sous les applaudissements nourris d'un public qui semblait conquis d'avance par cette figure emblématique de la musique concrète, véritable légende vivante. D'ailleurs la forte présence d'un public assez jeune démontrait l'influence et l'aura qu'exerce encore Pierre Henry sur de jeunes musiciens, et mélomanes.
Avec son imposante toison blanche qui lui confère l'allure d'un grand maître, il s'installe à la console de diffusion et, après un moment d'intense silence, commence à jouer du potentiomètre pour interpréter "Trajectoire", ligne que suit le corps lancé, une œuvre de 2007.
Entamée dans la sérénité de lointains chants d'oiseaux, ce parcours sonore fulgurant nous emmènera,  une heure durant, dans les méandres de la musique d'un Pierre Henry magicien des sons. Déambulations au rythme des pas, fulgurances, de forêts en univers éthérés, de grondements sourds en envolées lyriques, on est emporté dans une sorte de voyage initiatique captivant, d'une densité sans concession,  crépusculaire.
Puissante, à la limite parfois de l'assourdissant, parfois ténue parfois stridente, cette trajectoire onirique s'achève sur une "échappée belle" où l'on voit les mains de Pierre Henry, dans une farouche énergie, monter les potentiomètre jusqu'aux limites d'une énergie salvatrice.
L'œuvre est forte, très forte, nous laissant mi-pantelant mi-extatique. La magie a opéré, sauvage et intime à la fois. Pierre Henry nous a démontré, s'il en était encore besoin, l'incroyable envoûtement  de ces flots sonores construits et domptés par ce compositeur, véritable légende vivante, et accueilli en tant que tel.
Et pour finir dans une communion sonore jubilatoire, un Psy-rock qui a fait swingué nombre d'électro-danseurs, pièce emblématique de la Messe pour les temps présents, co-écrite par Michel Colombier et Pierre Henry en 1967, sur une commande du chorégraphe Maurice Béjard.
La soirée tint ses promesses, et sans doute au-delà.

 

Kontacts SonoreS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Tag(s) : #FESTIVALS