Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

NUIT DE LA PHAUNE,

CRÉATION RADIOPHONIQUE

Le 28 avril à Lausanne,

pour le festival Ohrwurm, sur RTS- Espace 2…

 

Nuit de La Phaune: expériences nocturnes pour stretching temporel

 

 

La Nuit de la Phaune. [johnbraid - Fotolia]

La Nuit de la Phaune. [johnbraid - Fotolia]

Dans la nuit du 29 avril 2012 de minuit à six heure du matin, Espace2 en collaboration avec le festival  Ohrwurm de Lausanne vous propose une "Nuit de La Phaune".

"7ème continent créatures et chimères", thème d'une soirée conçue et réalisée par Amélie Agut et Floriane Pochon avec la collaboration de Tony Regnauld. Histoires sûrement naturelles, archives insolites, expériences probablement poétiques, musiques obliques, les sons s'aiguisent parfois en chimères.

Instant animal, les "Nuits de la Phaune" ne sont peut-être pas au goût du jour: elles cultivent six heures durant la force et la fragilité de ce qui se déguise et s'éveille dans la rencontre, dans le temps, dans l'espace, dans le vivant. Parmi les partis pris auriculaires qui font de cette proposition une exploration sonore au plus près des biotopes sauvages et imaginaires : le contrepoint, le fragment, l'instinct et surtout le désir de jouer, coûte que coûte, avec des contours plus flous et des formes plus folles.

Quelques 360 minutes panoramiques, qui posent peut-être des questions sur l'éphémère d'une écoute et l'infini de l'entendre.

L'extrait sonore "Le Dindon de la Garce" est un dialogue dialogue sans queue ni tête -parait-il – avec les représentants de l’espèce ayant le moins évolué dans toute l’histoire du vivant. France culture versus Meleagris gallopavo enculturés…

À l’origine des "Nuits de la Phaune", et en même temps ce qui en fonde peut-être l’originalité, c’est avant tout le plaisir d’une expérience d’écoute, la nôtre, celle que nous avions envie de transmettre, partager, celle qu’il nous semblait nécessaire de provoquer. Soit en premier lieu, une expérience d’écoute nocturne: polymorphe, ouverte, disponible et affranchie des formes d’hystérie médiatique que l’on ne remarque plus qu’en éteignant la radio. Une forme d’"écoute sauvage", en prise plus directe avec l’animalité et ses univers sonores.

"Nous avons conçu les Nuits de la Phaune comme un immense terrain de jeu et commencé à rêver notre radio idéale, sans concession.

Pour cela, nous puisons dans nos ressources personnelles comme dans nos références communes telles que les radios américaines WFMU et Shirley& Spinoza, les archives Prelinger et UBUweb, les webradios de création Silenceradio et Arteradio, les blogs d’inspiration audionaturaliste tels que Sonatura, Kalerne, etc.

Une façon d’exploiter au maximum les potentialités du web pour travailler très librement, collaborer avec des personnes à distance et réellement opérer des choix exigeants dans une matière abondante.

Une matière que l’on métisse, parfois avec une pointe de malice ou d’insolence, en jouant sur tous les contrepoints possibles: le discours scientifique, des artistes très honorables, parfois puristes, peuvent côtoyer le mauvais goût, même si nous respectons leurs œuvres et leurs propos. Inventer du temps d’écoute, sorte de stretching temporel pour un parcours thématique de 6h.

Du paysage sonore aux différentes esthétiques musicales, du sample de films à la poésie brute, en passant par des mix, des textes absurdes ou des articles de fond mis en ondes, prises de sons naturels, collages, mash-ups, détournements et autres curiosités sonores, il y a un monde ; celui où la radio peut se permettre d’être un kaléidoscope halluciné et invisible, un mélange des genres totalement décomplexé." Amélie Agut et Floriane Pochon

"Ohrwurm", quatrième festival de création sonore et radiophonique.

Création de nouvelles œuvres, diffusions à thèmes, radio nocturne.

Depuis 2009, dans l'enceinte du cinéma Oblò à Lausanne, se tient Ohrwurm (littéralement perce-oreille, le terme désigne métaphoriquement le phénomène d'obsession mélodique). Modeste cousin romand des festivals français Longueur d'ondes (http://www.longueur- ondes.fr) et Sonor (http://h2o.ouvaton.org), ce rendez-vous est né d'un enthousiasme pour la création sonore et radiophonique partagé entre deux associations culturelles : Alkémia et l'association Rue du Nord. Ohrwurm est le fruit de l'envie de façonner une plateforme de diffusion et de promotion

publique pour ce type de création en Suisse Romande. Espace d’écoute temporaire, le festival propose à son public d’explorer le nuancier des écritures et de découvrir ainsi la richesse d’un mode de création original, par trop discret. Ohrwurm se propose également comme un lieu de rencontre et d'échange privilégié. L'écoute publique convoque les interrogations, la discussion voire la confrontation sur les thèmes, les modalités de production, la place et les objectifs de la création sonore contemporaine. Le festival est donc également un moment pour articuler des prises permettant de penser le processus de création et ses différentes facettes – esthétiques, créatives, politiques.



Quelques extraits déjà en ligne ici et là !

 

Sur les ondes en France – de 00h à 06h

• Radio Grenouille, Marseille : le 4 mai

• Campus Toulouse : 15 mai

• Campus Paris : le 18 mai

• Jet Fm, Nantes : le 20 mai

• Divergence fm, Montpellier : en cours

• Radio Fil de l’eau : en cours

 

 

 

Tag(s) : #REFLEX'SONS