Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SCÈNE POÉTIQUES

LECTURES

PRINTEMPS DES POÈTES


`

image.jpg

 

 

 

Mercredi 13 mars 2013

 

Soirée poésie sonore

 

18h

Arno Calleja & Christian Filips

 

18h30

« Le discours sur rien » de John Cage

interprété par Bernand Fort, du GMVL


puiskantor.jpg

Cosima Weiter

(lancement de son CD de poésie sonore “ICI”, édité au GMVL)

 

 

Cette soirée est un “temps fort”

du Printemps des Poètes à Lyon,

organisé par l’Espace Pandora.


« Le discours sur rien », de John Cage
                               interprété par Bernard FORT
 

 


Ecrit en 1959, « Le discours sur rien » doit être considéré comme une véritable pièce musicale. Sa forme approche de près les techniques d'écriture de la poésie sonore, sous la forme d'une conférence aux accents humoristiques. D'une durée de 40 minutes, la pièce fournit une riche matière permettant d'entrer de plain-pied dans l'univers de John Cage.

Le texte est composé à la manière des pièces musicales du compositeur, avec des contraintes métriques et un débit de lecture précis. La structure s’appuie sur le modèle des Sonates et Interludes ou des Trois Danses, composées peu avant par John Cage. Il y traite la parole comme un pur matériau sonore : tandis qu’elle attire l’attention sur la présence du son produit, il effectue un retour réflexif sur le développement de ses énoncés, indiquant régulièrement à quel endroit de telle ou telle partie du texte, « (…) nous en sommes » et incluant des répétitions de phrases comme « Nous arrivons nulle part et c’est un plaisir » ou « Si quelqu’un a sommeil, qu’il s’endorme ».
John Cage informe son auditoire qu’il n’a rien à dire et que ce « rien » est l’objet de son discours. L’écoute de la musique produite par ce discours se substitue alors à l’écoute de son discours sur rien. Par la répétition lancinante des phrases, le public parvient progressivement à un niveau d’écoute où rien ne se dit en dehors du fait de dire les choses, et d’écouter de la musique.

Cette causerie de John Cage vise à produire un effet à la fois intellectuel et physique. Il ne propose à son public ni un divertissement intellectuel, ni un divertissement émotionnel mais une prise de contact existentiel avec les matériaux sonores et la temporalité même de sa causerie.

discours.jpg


Bernard FORT
Cofondateur et responsable du 
Groupe Musiques Vivantes de Lyon (GMVL)

,

Bernard Fort

 

enseigne la composition acousmatique à l’école Nationale de Musique à Villeurbanne, et partage le reste de son temps entre la composition et l’ornithologie. Son travail musical est entièrement consacré au genre acousmatique. En composition, il s’intéresse depuis toujours aux limites entre abstraction et figuration, naturel et culturel. Sa recherche se porte principalement sur les modes de représentation des musiques électroacoustiques.

 

BF.jpg


Poète sonore, Cosima Weiter est née à Lyon. Après des études littéraires, elle suit une formation de composition électroacoustique à l’ENM de Villeurbanne dans la classe de Bernard Fort. Elle développe dans le même temps un travail de poésie sonore dans lequel elle mêle son fixé et voix livrée en direct. Elle fait partie du collectif BoXon depuis 2001.
Elle écrit en français et en allemand, inventant un langage à mi chemin entre ses deux langues de prédilection. Elle anime la Cie_Avec en collaboration avec Alexandre Simon depuis 2009. Ensemble ils créent des spectacles mêlant vidéo, musique et poésie sonore pour évoquer des lieux dont l'architecture et l'histoire pèsent sur ceux qui les habitent.
En tant que poète sonore Cosima Weiter donne régulièrement lecture de ses travaux en France, en Suisse et en Allemagne. Elle a notamment donné des récitals aux Instants chavirés à Montreuil, au Palais de Tokyo à Paris, au théâtre  de la villa Gillet et aux Subsistances à Lyon, à la Cave 12 à Genève et à l’Institut français de Berlin, la Maison de la Poésie de Nantes et dans le cadre du festival Shiir à Beyrouth.

CW.jpg



Arno Calleja et Christian Filips ont participé au projet de traduction "RéVERSible / VERSschmuggel" dans le cadre du Poesiefestival de Berlin. Cet atelier original a proposé de se traduire mutuellement, sans connaître la langue de l’autre. Il a donné naissance à une anthologie poétique bilingue (éditions La passe du vent / Wunderhorn), accompagnée de deux CD permettant d’entendre les voix des auteurs.

Arno Calleja, né à Marseille, a étudié la philosophie et a commencé à publier en revues au début des années 2000. Il travaille à Marseille comme chargé de mission sociale auprès de personnes en grandes difficultés.  Ses textes se caractérisent par une parole libre, déraillante, saisie avant toute censure et laissée à son auto-engendrement. S’alléger du poids du temps, recouvrer le flux du monde dans un flux langagier, voilà l’ambition de cette parole qui de toute pulsion fait texte.

Dernières parutions :
la performance, Joca Seria, 2012
à la bétonnière, éditions Le Quartanier, 2007
criture, inventaire-invention, 2006

Christian Filips, né à Osthofen dans la région de Worms, a fréquenté une école européenne en Belgique avant de faire des études de philosophie et de lettres et civilisation allemandes à Vienne et Berlin. Auteur, traducteur (entre autres de Pier Paolo Pasolini) et conseiller artistique indépendant, il vit aujourd’hui à Berlin. Depuis 2006, il est directeur éditorial et directeur des archives de la Sing-Akademie zu Berlin. Il est l’éditeur, avec Urs Engeler, de la série roughbooks inaugurée en 2010. Ses textes se caractérisent par un « mélange linguistique poétique et mouvant » (NZZ), qui associe « différents jargons, sociolectes et dialectes », mais aussi un ton plus soutenu, conscient de l’histoire dans laquelle il s’inscrit. Son premier recueil de poèmes, Schluck auf Stein, a obtenu en 2001 le PrixRimbaud de la Radio autrichienne. Il vient d’être récompensé par le Prix Heimrad Bäcker (catégorie espoir) 2012.

Dernières parutions :
Dunckler Enthusiasmo (traduction de Pasolini), Urs Engeler Editor, 2009
Heiße Fusionen, Gesänge von der Krisis, roughbooks, 2010
PARA-Riding (avec Monika Rinck), roughbooks, 2011

En présence d’Aurélie Maurin, coéditrice de la collection VERSschmuggel.

 

La Scène Poétique est un cycle de poésie parlée
 réalisé par Patrick Dubost
 en collaboration avec
le Centre d’Études et de Recherches Comparées sur la Création
 dirigé par Eric Dayre 
 et les Affaires Culturelles de l’ENS

kantor


et avec l’aide de la Maison des écrivains et de la littérature

 

 

http://www.m-e-l.fr/index.php



 

 

 

 

 

GMVL-copie-1.jpg

 

 

 

 

 


 

Tag(s) : #FESTIVALS