Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SILENCES ÉLECTRIQUES

Installation sonore

Abbaye de Noirlac (Cher)

Du 23/07/2011 au 18/09/2011

 

 

 

http://www.abbayedenoirlac.fr/images/rdv/148.jpg

 

 

L'Abbaye de Noirlac a été construite 1150 par un petit groupe de moines venus de Clairvaux, siège de l’ordre cistercien de Saint-Bernard.

Cette ordre prôna une vie ascétique qui s'appuie notament sur des abbayes construites dans des lieux reculés , les déserts, et un silence, non pas imposé par le "vœu du silence", mais très fortement recherché.

Il est donc naturel que dans ce magnifique lieu, centre labélisé Centres culturels de rencontre où la création sonore est l'un des principaux axes de la programmation artistique, les Silences Électriques de Christina Kubisch trouvent leur place.

 

 

Notes de l'Abbaye de Noirlac

 

L’Escale estivale, c'est offrir l'hospitalité à un artiste de rayonnement international, lui permettre de poser son bagage à l'abbaye le temps d'un été, de faire ainsi une escale estivale à Noirlac. Installations visuelles ou sonores, les œuvres sont le résultat d'une rencontre unique entre une personnalité, l'engagement de sa démarche artistique et la force symbolique d'un monument exceptionnel. Cette année, l'abbaye accueille Christina Kubisch.


 

 

http://www.abbayedenoirlac.fr/images/rdv/148-4.jpg 

 

 

 

Silences électriques
Conception : Christina Kubisch

Installations dans l’abbatiale, la salle capitulaire, le cloître et les jardins de l’abbaye

Du 23 juillet au 18 septembre
 
Tout l’été, cinq créations sonores et visuelles vont habiter Noirlac. Elles sont le produit de la rencontre entre une figure majeure de l’art sonore international, l’artiste berlinoise Christina Kubisch, et un ensemble monastique cistercien sobre, magistral où continue « d’abonder la grâce ». Des œuvres qui vont entrer en résonance avec l’architecture de l’abbaye, de l’intérieur vers l’extérieur, jusqu’au jardin et son verger en caressant de lumière noire l’épiderme des murs pour en éveiller leur mémoire.
« Je veux faire entendre Noirlac », déclare Christina Kubisch. « Je souhaite créer une dimension sonore, car le son est aussi important que le visuel, bien qu’il ne participe que rarement de l’émotion esthétique qu’on ressent dans un site patrimonial. Le son révèle l’espace, aiguise le regard et la sensibilité intérieure. »
Le son est tenu au silence et le silence est rempli de sons. Le compositeur John Cage nous en avait instruit. Du cloître à l’église abbatiale, Christina Kubisch nous convie à écouter, éprouver, suivre, rompre et à faire exister les silences et les sons dans l’épaisseur de l’espace.
Dans la profondeur de l’abbatiale, s’accorde et s’épuise la perfection des diapasons. Dans la salle capitulaire, les photographies à la lumière noire viennent éveiller la mémoire des murs de l'abbaye.
Au jardin du cloître, sous un ciel rayé de câbles, nous captons, à l’aide de casques électromagnétiques, les silences du monde  collectés et enregistrés par l’artiste dans toutes les langues.
Dehors, d'un obscur puits, remonte la parole de l'eau, plus loin, dans un jardin secret, se reflètent les paysages...
 
 
Dominique Truco : Commissariat et texte de présentation
 
Cette installation a été réalisée dans le cadre du Programme Odyssée – ACCR avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication

 ----------

Consulter de dossier de présentation des installations

Installations visibles tous les jours, de 10h à 18h30

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #FESTIVALS