Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RIAM Sonic 2007
du 16 au 23
novembre  (16 décembre pour l'exposition de Davide Balula)
Les rencontres  des arts multimédia à Marseilles
Sons pour Sons


afficherecto.jpg


Comme le précise l'édito du site consacré au festival, ce dernier fait une pause sur l'image (et non un arrêt), pour se centrer cette année sur la cause sonore, preuve s'il en fût de la vitalité des pratiques audio.
La création sonore, à en lire la presse spécialisée ou non, et à constater l'agitation toute bruissante des manifestations dédiées aux arts contemporains, numériques, multimédia... semble être dans l'air du temps. Mais cette émulsion sonore suffit-il à justifier une  légitimité artistique à toute épreuve, et qui plus est à long terme ?
La question posée aujourd'hui ne trouvera sans doute de réponse(s) qu'au fil des années à venir.
L'édito nous précise d'ailleurs fort justement que... Ces dernières années, nous avons assisté à de nombreuses initiatives cherchant à intégrer le son dans le champ des arts plastiques... 
Si l'on ne peut nier cette évidence, je préciserais néanmoins que nous avons également assisté à des initiatives où l'artiste a fait rentrer les arts plastiques dans  la création sonore. Cette autre façon, inversée, de voire et d'entendre les choses (dans le sens du bon entendement), va dans le sens d'une nouvelle recherche de visibilité et matérialité que nous avons abordé dans les chapitres précédents.
Peut être même pourrions-nous avancer l'idée que sonore et plasticité se sont conjointement fondus, sans qu'aucun des protagonismes n'ait chercher à englober l'autre, avec le risque de le phagocyter.
Toujours est-il que les pratiques du sonore, au sein de champs artistiques croisés, parfois finement tissés et étroitement imbriqués  peuvent être une arme à double tranchant, en brouillant les pistes, les repérages "par champs", chers aux critiques d'arts, et parfois au public, comme le fait toujours remarqué l'édito de RIAM en notant ... Croisements et tentatives d’échanges, collaborations et hybridations subvertissent la clarté des catégories traditionnelles...

En tous cas,saluons l'initiative de RIAM de mettre un coup de projecteur (ou de haut-parleur) sur les arts sonores.

Pour ce faire, on trouvera représenté dans le festival plusieurs champs de création propres aux arts sonores, sous forme d'ateliers, rencontres, écoutes, tables rondes, performances, installations...
Tout d'abord la présence de Labels  militants, dans le sens où ils concilient l'édition musicale novatrice, alternative dirait on de nos jours, donc le travail de compositeurs, à celui de plasticiens, les deux travaillant  de concert si j'ose dire. Ces labels indépendants et courageux naviguent à contre-courant de la grande distribution, des tuyaux à musique pour une  masse bien écoutante, sans faire aucune concession à la qualité des créations, et avec parfois une radicalité salvatrice pour notre écoute. Longue vie à eux !
C'est le cas notament d'Optical Sound de Pierre Belouin et Rainier Lericolais et d'Active Suspension avec  Davide Balula qui croisent oeuvres de supports, concerts-performances et installations, dans cet esprit de transversalité qu'affichent et pratiquent aujourd'hui les arts sonores.
Petit coup de coeur personnel, écoutez C Airs de Paris de Rainer Lericolais, podcastable sur le site du centre Pompidou.

Autre volet de création présenté, la création radiophonique, avec ses technologies de réseaux, de flux et de podcast, nouveaux outils connaissant un essor croissant avec le développement des technologies internet.
Pour présenter ces courants, on trouvera avec laboîteblanche et Carl. Y, responsables du festival NOMUSIC, qui proposeront leur étonnante machine à fabriquer du sons à partir des streams présents sur la toile : www.audiotrace.tk.
On rencontrera également Etienne Noiseau, qui après avoir beaucoup travaillé sur la création radiophonique bruxelloise est maintenant l'un des piliers de la création radiophonique marseillaise avec la bouillonnante web radio Radio Grenouille, ainsi que Thomas Lucas,   à propos du streaming.

Et pour se creuser un peu plus les méninges, le Philosophe, producteur, éditeur et fondateur du festival Suisse Archipel
Bastien Gallet viendra nous interroger sur les questions de Musiques et kinestesie, et l'amplification sonore comme stratégie artistique. Tout un programme !

Voila donc un menu copieux et  bien alléchant pour nos oreilles, et autres sens, dans la Cité phocéenne.


Programme et lieux



Tag(s) : #FESTIVALS