Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MONS MONTE LE SON
Parcours sonore au coeur de la ville
du 21 juin au 27 juillet 2008







Pour sa cinquième édition, le Festival Montois City Sonics, impulsé par l'association Transcultures et son directeur artistique Philippe Franck, met encore le son au coeur de l'écoute, du regard, et de la ville.
Installations, performances, concerts, dispositifs intéractifs, projections acousmatiques, parcours sonores, labels invités, sculptures sonores, concerts... Voici un petit corpus de mots qui tendrait à exprimer la diversité et la viva-cité des arts sonores à Mons.
Hormis le fait que les cheveux de la charmante jeune femme écoutant voluptueusement (une création sonore ?) au casque soient devenus moins flamboyants, le principe de balayer un large champs d'expérimentations sonores, en invitant artistes confirmés, talents émergeants et étudiants d'écoles d'art reste identique, comme fer de lance de ce festival.
Sinon, on notera un resserement dans les lieux de programmation, qui passent de neuf en 2007 à 5 en 2008, peut-être par volonté de ne pas trop disperser géographiquement la programmation festival, ou par soucis d'alléger la logistique; il n'empêche que j'avais pris beaucoup de plaisir, lors de la dernière édition, à découvrir des recoins d'un Mons parfois secret, en parcourant tant des grands espaces culturels bien identifiés que des petits appartements squattés pour l'occasion.

Pour en revenir à la programmation, citons en vrac quelques propositions qui ont retenu mon attention, juste au regard du programme, ou parce que j'ai déjà approché  ces artistes.


Des installations
telles que d'Ore et d'espace du compositeur plasticien stéphanois Denys Vinzant
; qui fait chanter délicatement des plaques et globes de verres dont les partitions sont gravées à l'or fin sur ces supports transparents. J'ai déjà eu l'occasion de voir et d'entendre plusieurs versions de ces installations, et même d'en accueillir une, et je pense que le choix d'avoir installé cette oeuvre dans les superbes volumes la grande salle de la Machine à eau fournira à cet ensemble cristallin un écrin architectural de premier choix.
Questionnante et intriguante, la machine "Evolution 2", conçue avec des rebuts et autres objets hors d'usage, du jeune artiste
Maxime Toussaint.
Rafraîchissante la douche sonore d'
Isa Belle, que l'on connaît déjà pour ses célèbres massages sonores, directement hérités d'une thérapie thibétaine utilisant à l'origine des bols alimentaire comme éléments résonnants.
Sculpturale, mystérieuse et sensuelle l'Electric chair (un nom évoquant de bien sombres images) de Leslie Bloquert
Architectural, le dispositif intéractif Sonic Loft proposé par Alexandra Dementieva
Surréaliste, la bulle sonore et intéractive, Amusia, inspirée par l'artiste Belges Magritte et proposée par Yvat et Iulia.

NB : Petite précision mais qui a son importance, les douches sonores d'Isa Belle ne seront pas à Mons (Elles y ont déjà été) mais à Enghien, du 6 au 14 juin. Je ne m'en suis apercu qu'après écriture de ce chapitre mais j'ai décidé de laissé là Isa Belle.


Deux hommages
L'un à Olivier Messian, quoi de plus logique dans cette année commémorative. C'est un parcours sonore acousmatique, d'oiseaux et d'insectes bruissant dans un jardin, concocté par l'artiste
Iancu Dumitrescu.
Le second est dédié à Luc Ferrari, déjà célébré en 2007 dans ce même festival, avec une autre installation acousmatique au titre évocateur et "ferrarien" : Music Promenade.

Des labels invités
 
Vibrö et son association Double entendre, mais aussi Erratum et Nowaki, qui seront en écoute à la Médiathèque de Mons.

Un salon d'écoute
que se partageront
Ramuntcho Matta et ses vidéos et Christian Vialard, créateur du label Tiramitsu, explorateur de sons et d'images bien loin des sentiers battus.

Des parcours pour (ré)écouter des paysages sonores
Sound Drop et le Delta, par le  Collectif MU, qui nous font respectivement  découvrir des parcours sonores montois via un audio-guide maison, et le résultat d'une croisière sonore sur les rives du Danube.

Une fiction radiophonique installée
d'
Eddie Ladoire, dont le titre intriguant "Mademoiselle vous allez  terriblement me manquer", qui se réfère à l'histoire d'un couple en situation de rupture.

Et un singe célèbre
celui de la grande place de Mons, qui porte bonheur lorsqu'on lui caresse la tête, et qui a inspiré une création audio du même Eddie Ladoire, fabriquée avec notamment des voix d'enfants imitant le dit singe.


Et bien d'autres choses sonores à découvrir

Mon but n'est pas ici de dresser une liste exhaustive des créations du festival, mais plutôt de vous présenter quelques particularités, en tout cas celles qui ont titillé ma curiosité, pour vous donner envier d'aller voir et entendre de plus près City Sonics.

Une autre programmation s'étend bien au-delà du territoire montois, à Maubeuge, bien que la programmation y soit très réduite par rapport à l'édition 2007, Enghien, Belfort, Lille et Linz...

Je ne manquerai pas de vous faire part de mes retours personnels en août, lorsque j'aurais physiquement déambulé dans City Sonics 2008.


Pour en savoir plus, l'adresse du site


PS : Toutes les illustrations sont extraites du site de Sonic City






Tag(s) : #FESTIVALS